Vivre la mission au quotidien

La mission des Sœurs de la Providence est de proclamer la Providence comme la présence aimante de Dieu, active en nous et à travers nous, veillant sur l’univers créé et attentive aux besoins de tous.

Il semble que lorsque les gens font l’expérience de cette mission – souvent en travaillant avec les sœurs dans un cadre médical, une école ou un autre ministère – ils en redemandent.

C’est ainsi que, dans les années 1970, les Sœurs de la Providence ont reconnu le désir de continuer à vivre la mission avec leurs partenaires laïcs et ont officiellement créé les Associés de la Providence.

Certes, les sœurs ont travaillé avec des laïcs depuis la fondation de la congrégation, alors qu’elles s’occupaient des personnes souffrantes de Montréal avec l’aide de la Société des Dames de la Charité.

Les Associés Providence sont les héritiers de ce travail et le portent à un niveau entièrement nouveau.

« Les Associés sont des femmes et des hommes, mariés, célibataires, veufs ou divorcés, qui s’engagent à se joindre aux Sœurs de la Providence dans la foi, la prière, la croissance spirituelle et la solidarité avec les pauvres et les marginaux de la société « , explique Kathe Boucha, PA, directrice générale des Associés de la Providence de Mother Joseph. (Organisation à but non lucratif distincte de la province).

« Les associés vivent un engagement librement choisi d’être en communion avec les membres consacrés pour les accompagner dans leur cheminement spirituel », explique-t-elle.

« Avec les sœurs de vœux, les associés sont appelés à être des témoins prophétiques dans notre société, à la recherche de la vérité, reconnaissant que la justice et le service aux pauvres sont des impératifs baptismaux », explique-t-elle.

De nombreuses congrégations ont des associés ou un équivalent et Kathe estime qu’il y a plus de 55 000 associés en communion avec des communautés de vœux dans le monde entier.

Environ 1 000 d’entre eux sont des Associés Providence dans quatre provinces (Montréal, Calgary/Edmonton, Alberta, Mère Joseph et Amérique du Sud) et proviennent de diverses traditions ethniques, éducatives et religieuses.

La Province Mother Joseph compte environ 250 Associés Providence en Alaska, Washington, Oregon, Californie, Montana, Géorgie, Amérique centrale, Tanzanie (oui, là où s’élève le Kilimandjaro) et aux Philippines.

L’appel à devenir associé

Lisa Wolf, PA, est associée de Providence depuis sept ans. Elle a travaillé au Providence Alaska Medical Center à partir de 1981 et a pris sa retraite en 2009.

Ce que j’ai le plus apprécié », raconte-t-elle, « c’est la mission et les valeurs fondamentales que nous suivions tout au long de notre journée de travail. Nous avons commencé chaque réunion par une prière et une réflexion afin de nous recentrer et de demander conseil sur les questions que nous traitions. J’ai beaucoup apprécié les valeurs de justice sociale et de compassion.

“When I retired after 28 years, I found that I missed the mission.  I looked for volunteer opportunities that allowed me to continue.  Then I learned about the Providence Associates,” Lisa said.  “The members really showed how to be of service to the community in their own unique way.”

Mardy Lower, PA, également originaire d’Alaska, fait écho au sentiment de faire partie de la mission comme étant la raison pour laquelle elle a rejoint les Associés.

« La séparation d’avec l’hôpital et le fait de ne pas faire partie de la mission ont été très difficiles », explique Mardy. « On m’a demandé de rejoindre la Providence Foundation et j’ai pu participer à l’ouverture d’Alaska Cares, pour les enfants victimes d’abus, puis j’ai été invitée à rejoindre les Providence Associates ».

Mardy Lower, PA

Travailler pour la Fondation l’a aidée, explique Mardy, jusqu’à ce qu’elle trouve un « foyer » plus permanent avec les Associés.

De nombreux Associés de la Providence mentionnent l’invitation. En Alaska, Srs. Kaye Belcher, Pat Hauser et Claire Gagnon ont invité de nombreuses personnes à discerner si un engagement auprès des Associés leur convenait. (Voir page 8 pour la « première » invitation dans le Nord-Ouest).

D’autres, surtout depuis que les vidéoconférences ont connu un essor fulgurant avec la pandémie de COVID, ont trouvé leur chemin vers les Associés par le biais de l’internet. Venance Mmassy, PA, vit à l’ombre du Kilimandjaro en Tanzanie.

« Les personnes qui vivent en Tanzanie et en Afrique de l’Est découvrent les organisations catholiques sur l’internet et dans les journaux africains », explique M. Verance. « Les personnes qui veulent aider les pauvres ont désormais accès à la formation via l’internet.

« Trois de nos régions se réunissent mensuellement par Zoom », explique Kathe. « Nous développons l’orientation en ligne et une nouvelle E-Region pour accueillir les associés qui ne sont pas géographiquement proches des autres ».

Venance a été l’une des premières à expérimenter notre programme d’orientation en ligne.

Rejoindre les associés

Après une période d’évaluation et de discernement, les candidats formalisent leur association avec la communauté Providence en prenant un engagement qui les incite à vivre l’esprit Providence de prière, de service et d’hospitalité envers les pauvres.

Les personnes intéressées à devenir associées doivent participer à une séance d’orientation qui consiste en un partage et une réflexion mutuels, ainsi qu’en une exploration de l’héritage, du charisme, de la mission, de la prière, du ministère et de la communauté de la Providence. Un parrain accompagne le candidat dans ce voyage.

Après une période d’évaluation et de discernement, les candidats formalisent leur association avec la communauté Providence en prenant un engagement qui les incite à vivre l’esprit Providence de prière, de service et d’hospitalité envers les pauvres.

Le processus initial culmine avec une cérémonie officielle d’alliance à laquelle participent les Associés Providence et les Sœurs de la Providence. Les associés poursuivent leurs engagements d’alliance en approfondissant leurs relations, en construisant une communauté entre eux et avec les sœurs, et en s’engageant les uns avec les autres dans la prière et le ministère.

Les ministères des associés

La vie d’associé comporte certaines attentes, telles que l’implication régulière dans les comités d’associés, les réunions et les activités des postes de direction et l’anticipation des diverses réunions, des journées de spiritualité et des célébrations.

Cependant, il est absolument essentiel de vivre la mission par le biais d’une forme ou d’une autre de ministère. Et ces ministères sont très variés, à l’image des paroles de Mère Joseph : « Tout ce qui concerne les pauvres est toujours notre affaire ».

Les ministères comprennent le travail dans des centres d’hébergement, des hospices et des logements ; le bénévolat dans des écoles, des prisons, des maisons de retraite, des hôpitaux, des services communautaires, des organisations écocentriques et des églises ; la coordination de retraites spirituelles ; le don de nourriture, de vêtements et de cadeaux aux personnes défavorisées ; le service actif dans des organisations pour la paix et la justice sociale ; la collecte de fonds pour soutenir des bourses d’études pour les jeunes dans les pays en développement ; et bien d’autres choses encore. (Voir page 8 pour un ministère particulièrement créatif à Anchorage, en Alaska).

Comme le raconte Karel Atkinson, PA, ces occasions de bénévolat ont laissé des souvenirs très particuliers et attachants :

« La Providence House était à la disposition de tous ceux qui devaient se rendre à l’hôpital Providence d’Anchorage pour y recevoir un traitement. Les religieuses vivaient dans le couvent voisin », explique-t-elle. Sœur Yvonne m’appelait parfois et me disait : « Karel, j’ai de la nourriture à t’apporter à la maison pour les invités ».

Ce qu’elle a vraiment appris, se souvient Karel, c’est que la sœur voulait qu’elle aille tout de suite à la maison.

« J’ai appris à tout mettre de côté et à apporter de la nourriture pour les gens de la maison. C’était un endroit spécial pour tous les invités, car la plupart étaient des Alaskiens, et ils s’asseyaient dans la cuisine pour partager leur nourriture. C’était très agréable d’avoir les religieuses à côté », se souvient Karel.

L’avenir des associés

Comme dans toutes les congrégations et organisations de type associatif, la moyenne d’âge augmente. Les sœurs et les associés discernent ce que l’avenir pourrait leur réserver.

Les Associés collaborent avec la Providence High School de Burbank, en Californie, et l’Université de Providence de Great Falls, dans le Montana, afin de planter les graines de l’association parmi les jeunes. Avec un type de programme junior-associé, l’objectif est d’encourager les jeunes à rejoindre les Providence Associates plus tard dans leur vie.

« Le mode de vie des associés évolue », explique Kathe, « et ce qui peut arriver n’est pas encore connu. Si nous croyons que la Divine Providence nous a réunis, alors nous devons croire que la Divine Providence continuera à nous guider dans l’avenir ».

Regardez les Assoicates de Providence sur YouTube, ils discutent de leur engagement envers la mission et de leur parcours pour devenir un Assoicate.
Kathe Boucha, PA, présente au Chapitre provincial de 2022 un rapport sur le statut des Associés.
Lisa Wolfe, PA

The Mission Is the Common Denominator

Susan Denison, PA

Every Associate is in some kind of ministry or volunteer situation.  Susan Denison, PA, who worked for Providence in long-term care, said that even though she worked at a time when health care was rapidly changing, the Providence Associates always understood the mission.  “Somehow the mission always stuck,” she said.  “Any organization has to have leaders and employees who truly understand the mission.”


Venance Mmassy, PA

Certains sont « nés » pour être associés

Lillian Rouzan, AP, dit qu’elle est « une personne de la Providence depuis qu’elle a trois ans et qu’elle vit dans la paroisse Holy Rosary à Sun Valley, en Californie ».

« Les sœurs Lucy Villanova et Eugenia O’Brien rendaient souvent visite à ma famille. Je voulais leur ressembler, alors je suis entrée dans la communauté en 1967, mais notre Dieu Providence avait d’autres plans pour moi. J’ai quitté la communauté, mais pas la Famille Providence « , explique Lillian.

Lilian se souvient de son défunt père lors du chapitre provincial de 2023.

Elle et son mari ont eu six enfants et huit petits-enfants.


Sur You Tube, Primitivo Verania, PA, explique que les petites choses ont beaucoup d’importance.
Karel Atkinson, PA