Écologie intégrale

Reconnaissant que nous, les humains, faisons partie de l’ensemble de l’univers créé, nous acceptons le défi de promouvoir une « écologie intégrale ». (Pape François)

En favorisant l’interconnexion humaine, sociale et environnementale de la création de Dieu, nous devenons des signes plus authentiques de la Providence aimante de Dieu.

Sœurs de la Providence, Constitutions et Règles 2018, n° 28

L’encyclique du pape François, Laudato si’, chapitre 4, décrit l’écologie intégrale comme l’interconnexion des questions environnementales, économiques, politiques, sociales, culturelles et éthiques – tous les domaines qui recoupent nos ministères en tant que Sœurs de la Providence.

Depuis 40 ans, des scientifiques, des chercheurs et des universitaires du monde entier nous avertissent que nous traitons le monde naturel de manière irresponsable – en polluant l’air, l’eau et le sol, en menaçant la biodiversité et en modifiant le climat – ce qui cause de graves préjudices à la nature et aux personnes vivant en marge de celle-ci.

Parce que tout est lié, le pape nous dit que nous devons adopter une approche holistique de ce qui est à la fois une crise environnementale et humaine : « une approche intégrée pour combattre la pauvreté, restaurer la dignité des exclus, et en même temps protéger la nature. »(Laudato si’ n° 139)

« Si tout est lié, alors la santé des institutions d’une société a des conséquences sur l’environnement et la qualité de la vie humaine. Toute violation de la solidarité et de l’amitié civique nuit à l’environnement. En ce sens, l’écologie sociale est nécessairement institutionnelle, et s’étend progressivement à l’ensemble de la société, à partir du groupe social primaire – la famille – et en s’étendant aux communautés locales, nationales et internationales plus larges. » (Laudato si’ n° 142). Afin de pratiquer l’écologie intégrale, nous devons embrasser une « conversion écologique », en transformant nos styles de vie personnels et nos pratiques nationales et internationales pour répondre au cri des pauvres ainsi qu’au cri de la terre. Pour cela, il faut changer nos têtes, nos cœurs et nos habitudes – la façon dont nous pensons, ressentons et agissons dans le monde.

Les Sœurs de la Providence ont recentré leur ministère de la terre pour soutenir l’écologie intégrale et les objectifs fixés par Laudato si’ pour la conversion écologique :

  • Réponse au cri de la terre : travailler à la neutralité carbone par un recours accru aux énergies propres et renouvelables et une réduction de l’utilisation des combustibles fossiles ; soutenir les efforts de protection et de promotion de la biodiversité et garantir l’accès à l’eau pour tous.
  • Réponse au cri des pauvres : défendre la vie humaine de la conception à la mort et toutes les formes de vie sur terre, tout en accordant une attention particulière aux groupes vulnérables tels que les communautés indigènes, les migrants et les enfants exposés à la traite et à l’esclavage.
  • Économie écologique : soutenir la production durable, le commerce équitable, la consommation et les investissements éthiques, le soutien aux énergies renouvelables, le désinvestissement des combustibles fossiles et la limitation de toute activité économique nuisible à la planète ou aux populations.
  • Adoption de modes de vie simples : réduire l’utilisation de l’énergie et des ressources, éviter les plastiques à usage unique, adopter un régime alimentaire plus végétal, réduire la consommation de viande et augmenter l’utilisation des transports publics par rapport aux alternatives polluantes.
  • Éducation écologique : remanier les programmes scolaires autour de l’écologie intégrale, créer une conscience et une action écologiques, promouvoir les vocations écologiques auprès des jeunes et des enseignants.
  • Spiritualité écologique : retrouver une vision religieuse de la création de Dieu, promouvoir des célébrations liturgiques centrées sur la création, développer une catéchèse et des prières écologiques, et encourager à passer plus de temps dans la nature.
  • L’accent est mis sur l’implication de la communauté et l’action participative autour de la protection de la création à tous les niveaux de la société en encourageant les campagnes de sensibilisation et les campagnes de base.

Plus d’informations sur sistersofprovidence.net

« Je crois que Dieu nous invite à changer nos esprits et nos cœurs, et à investir nos énergies pour répondre au besoin le plus urgent de notre monde actuel : le changement climatique et son impact sur l’ensemble de notre communauté terrestre. »

Annette Seubert, SP