Les sœurs fêtent leurs 160 ans dans l’Ouest et l’ouverture du SJR

Lors d’une messe spéciale le jeudi 8 décembre 2016, la supérieure provinciale Judith Desmarais, SP, a souligné l’histoire des Sœurs de la Providence dans l’Ouest et a mis en lumière certaines des sœurs qui ont eu un impact énorme sur les gens et la société de leur époque. L’occasion était de célébrer deux événements marquants pour les Sœurs de la Providence : le 160e anniversaire de l’arrivée en Occident de Mère Joseph du Sacré-Cœur et de quatre compagnes, ainsi que le 50e anniversaire de la résidence St. Joseph, qui accueille des sœurs retraitées et infirmes à Seattle.

Parmi les participants figuraient des sœurs dominicaines de Tacoma, des membres de l’équipe de direction de Providence St. Joseph Health et un certain nombre de ses co-sponsors, ainsi qu’un certain nombre de prêtres qui célèbrent la messe à SJR. Une liturgie spéciale a également été offerte le 8 décembre dans la chapelle de Mount St. Joseph à Spokane.

Cette date était la fête de l’Immaculée Conception, et la Supérieure générale Karin Dufault, SP, ainsi que le Conseil général de Montréal ont envoyé des félicitations spéciales : « Sachez que tous les membres de l’Équipe générale de leadership sont avec vous en esprit, se joignant à vous pour rendre grâce à Dieu-Providence pour les merveilles qui ont fait partie de ces années…. Nous remercions également nos Associés Providence, nos Compagnons Providence, nos collègues dans le ministère et nos bienfaiteurs, ainsi que ceux qui ont été servis. »

L’introduction de Sœur Judith à la célébration liturgique, qui a été suivie d’un déjeuner, est reproduite ici.

Le 8 décembre 1856, Mère Joseph du Sacré-Cœur et quatre sœurs compagnes, les sœurs Marie du Précieux Sang, Vincent de Paul, Blandine des Saints Anges et Praxedes de la Providence, arrivent dans le territoire de Washington, dans ce qui est maintenant Vancouver, Wash. Depuis lors, des centaines de Sœurs de la Providence ont perpétué leur héritage de compassion, de courage et d’attention. Aujourd’hui, nous célébrons leurs nombreuses contributions à l’éducation, aux soins de santé et aux services sociaux dans l’Ouest.

Nous savons que la Bienheureuse Emilie Gamelin a bien enseigné aux sœurs. On sait donc que la corporation des Sœurs de la Providence, les « Sœurs de la Charité de la Maison de la Providence », a été constituée le 28 janvier 1859, dans le territoire de Washington, et qu’elle est la deuxième plus ancienne corporation à but non lucratif enregistrée sans interruption à Washington. Le but de la société est de « soulager l’humanité dans le besoin et la souffrance, en prenant soin des orphelins, des invalides, des malades et des pauvres, et en assurant l’éducation de la jeunesse ». Cela s’applique aux Sœurs de la Providence aujourd’hui autant qu’à l’époque de leur fondation.

Nous sommes également fiers et honorés que Mère Joseph ait été choisie en 1980 pour représenter l’État de Washington dans le National Statuary Hall, où elle a été inaugurée en mai 1980. Une statue en double se trouve dans le capitole de l’État à Olympia.

Au moment de la célébration du centenaire de la présence de nos sœurs dans l’Ouest en 1956, The Bell and the River a été publié. Ce livre a permis à de nombreuses personnes de comprendre le charisme et la mission des Sœurs de la Providence. Dans les années 1950, le Mouvement de formation des sœurs s’est développé et a eu un impact énorme sur la manière dont les sœurs étaient formées au service du ministère.

Dans le cadre des services d’extension à d’autres pays, des sœurs ont été envoyées en mission aux Philippines en 1989 et au Salvador en 1995.

Avec la réunion des provinces de Saint-Ignace et du Sacré-Cœur en l’an 2000, nous sommes devenus la province Mère Joseph. En 2006, Providence Health System et Providence Services ont fusionné pour devenir Providence Health & Services (PH&S). Puis, en 2010, le parrainage de PH&S a été confié à Providence Ministries, avec les principes directeurs des « Espoirs et Aspirations ». Un autre élément significatif a été la fermeture en 2013 de Mount St. Joseph à Spokane, Wash. en tant que maison et établissement de soins pour nos sœurs, ce qui a nécessité leur déménagement à la résidence St. Joseph à Seattle.

En regardant en arrière, je voudrais mettre en lumière certaines sœurs dont la vie dévouée a eu un impact sur tant de personnes et sur la société. Nous connaissons de nombreuses caractéristiques de Mère Joseph, je vais donc me concentrer sur les autres sœurs, en commençant par les quatre qui sont venues avec elle :

Sr. Praxedes de la Providence : (1820-1889) (Desanges Lamothe) était une personne très timide, mais elle avait un esprit vif, faisait preuve d’un bon jugement et était infatigable dans son activité. Elle a fondé quatre hôpitaux, trois écoles indiennes et deux internats. En 1866, elle est nommée supérieure provinciale (Mère Vicaire).

Sr. Blandine des Saints-Anges : (1838-1922) Zephirine Collin) était heureuse et courageuse dans son travail, mais avait aussi des épisodes de solitude et de lassitude. Comme elle parlait couramment le français et l’anglais, elle a fait une bonne secrétaire pour Mère Joseph, et plus tard pour la corporation. Elle a fondé une école indienne, une académie et un hôpital.

Sr. Marie du Précieux Sang (1838-1877) (Helen Norton) Elle était intelligente et jolie, alors on l’emmenait mendier pour encourager les dons. L’anglais était sa langue maternelle et elle était enseignante. Elle a fondé une école mais est morte de la fièvre typhoïde à l’âge de 39 ans.

Sr. Vincent de Paul (1826-1908) Adélaïde Thériault) était douée pour le jardinage, la pâtisserie et la couture ; elle a aménagé le terrain de la Providence Academy à Vancouver. Elle offrait le gîte et le couvert aux familles indiennes qui venaient recevoir les sacrements.


 

Note: Au-delà des premières sœurs qui sont arrivées en Occident, Sœur Judith a également mis en lumière un autre groupe de sœurs qui ont laissé un héritage important.
Lire la suite
.

 


 

Sœur Judith a également décrit les débuts de la résidence St. Joseph :

La dédicace de la résidence Saint-Joseph a eu lieu le 1er mai 1966, en la fête de Saint-Joseph le Travailleur. La provinciale était Sr. Mary Loretta (Cecilia Abhold), la première supérieure était Sr. Rose Imelda, qui a reçu les clés des mains d’Arthur Harrington, de Maloney, Harrington, Freez et Lund Architects. Mgr. Philip Duffy, surintendant des écoles, a posé la première pierre de la nouvelle résidence. Des rafraîchissements ont été servis au quatrième étage par les auxiliaires de Mount St. Vincent. Les membres, accompagnés de certaines des sœurs, ont effectué des visites guidées du nouveau bâtiment.

L’archevêque Thomas Connolly a dit la première messe à la résidence St. Joseph le 11 mai, avec l’aide de plusieurs prêtres. Après la messe, le petit-déjeuner a été servi dans la salle à manger des sœurs.

En juillet 1966, le Fr. Neil McCloskey, SJ, a donné la première retraite à la nouvelle résidence, pour plus de 60 sœurs – de l’Infirmerie (28), SJR & MSV (6), des missions de SHP (30) et SIP (4).

 

Haut de la page